z
291_1_©GuyDelahaye-LJSR-5.JPG
© Guy Delahaye
291_2_©GuyDelahaye-LJSR-3.jpg
© Guy Delahaye
291_3_©GuyDelahaye-LJSR-1.jpg
© Guy Delahaye


Compagnie Jean-Claude Gallotta

Le Jour se rêve


Chorégraphie Jean-Claude Gallotta
 
Musique Rodolphe Burger
Assistante à la chorégraphie Mathilde Altaraz
Dramaturgie Claude-Henri Buffard
Visuel Dominique Gonzales Foerster
Lumière Manuel Bernard
Crée en 2020 - Durée 80 min
 
Pour Le Jour se rêve, Jean-Claude Gallotta a donné rendez-vous au musicien Rodolphe Burger. Explorateur de nouveaux espaces sonores, son travail mêle le rock à la philosophie, et flirt avec Beckett et Johnny Cash, Bu?chner et Lou Reed, pour créer la belle alchimie de l'élitaire et du populaire. Le chorégraphe a également convié Dominique Gonzalez-Foerster, plasticienne aux personnalités multiples, à intervenir sur cette création. Elle y explorera les liens entre les arts, et mettra les danseurs en costumes et en lumières pour les aider « à rendre claire la conscience du moment présent ».
Composé de trois « events » de vingt minutes chacun, entrecoupés de deux solos du chorégraphe, Le Jour se rêve se veut être une chorégraphie du « présent sans impatience ». Il y a, et il y aura toujours dans les chorégraphies de Jean-Claude Gallotta du sens, de la narration, de la figuration, du jeu ou de l'ironie, tous ces éléments justement dosés, pour venir troubler l'ordonnance rythmique de la scène. Ces échappées traverseront Le Jour se rêve. C'est là que se niche une des singularités du travail de Jean-Claude Gallotta, à l'origine d'un mouvement dont il est sans doute le seul représentant : « l'abstraction ludique ».
291_1_©GuyDelahaye-LJSR-5.JPG
© Guy Delahaye
291_2_©GuyDelahaye-LJSR-3.jpg
© Guy Delahaye
291_3_©GuyDelahaye-LJSR-1.jpg
© Guy Delahaye


Au répertoire

La presse en parle

« Avec Le Jour se rêve, Jean-Claude Gallotta revient rôder du côté de Bethune Street, à Manhattan, où, dans les baies vitrées du studio de Merce Cunningham se reflétaient au début des années 80 ses espérances
d'apprenti chorégraphe. Le voilà qui vient réinterroger ses sources, sa source : l'abstraction. »
Claude-Henri Buffard, SceneWeb.fr