z
232_1_etranger-GuyDelahayejuin2015-7.JPG
© Guy Delahaye
232_2_Etranger-GuyDelahayejuin2015-2.JPG
© Guy Delahaye
232_3_Guy_DelahayeIMG_1217-LEtrangermars2015.JPG
© Guy Delahaye


Compagnie Jean-Claude Gallotta

L'Etranger


Chorégraphie Jean-Claude Gallotta
Musique Strigall
Assistance à la chorégraphie Mathilde Altaraz
Costumes Jacques Schiotto
Scénographie et images Jeanne Dard
Lumières Dominique Zape
Ballet pour 3 danseurs
Créé en 2016 - Durée 62 minutes
Le roman L'étranger d'Albert Camus, est au cœur de cette pièce chorégraphiée par Jean-Claude Gallotta. La mort de sa mère, qui a également vécu en Algérie comme le personnage principal du roman, a été l'élément déclencheur de ce ballet. La danse a toujours fait partie de la vie de Camus tout comme les idées de l'auteur ont toujours eu une grande importance pour Gallotta. Son idéologie porteuse de clarté est pour le chorégraphe un superbe exemple d'une « philosophie portative » accompagnant tout un chacun au long de sa vie.

Tout en conservant la structure du livre et en respectant sa continuité, Gallota choisit d'illustrer sa chorégraphie avec des objets poétiques non conventionnels que sa lecture lui ont évoqués. Pendant qu'une voix off guide les spectateurs à travers le roman, des projections d'images disparaissent au loin et évoquent des grands classiques du cinéma, des peintures, ou la vie personnelle de Gallotta, suscitant ainsi leur imagination. La musique de Strigall sublime le tout. Pour sa dernière pièce en tant que Directeur du Centre Chorégraphique National de Grenoble, Gallotta produit une création intime dont le climat tantôt chaleureux, tantôt menaçant et sourd, se fait le reflet de l'absurdité du monde.
232_1_etranger-GuyDelahayejuin2015-7.JPG
© Guy Delahaye
232_2_Etranger-GuyDelahayejuin2015-2.JPG
© Guy Delahaye
232_3_Guy_DelahayeIMG_1217-LEtrangermars2015.JPG
© Guy Delahaye


Au répertoire

La presse en parle

« Une justesse de gestes qui laisse béat d'admiration. Le trio se disloque subrepticement en solos sans que jamais il y eût deux danseurs d'un côté, le troisième de l'autre... D'une égale perfection, les trois danseurs se transcendent encore dans un éblouissant finale... Du grand art ! »
Philippe Gonet, Le Dauphiné Libéré