z
244_1_CUT_Guy_Delahaye.JPG
244_2_CUT_Guy_Delahaye_8692.JPG
244_3_CUT_Guy_Delahaye_8678.JPG
© Guy Delahaye


Compagnie Jean-Claude Gallotta

Comme un trio


Chorégraphie Jean-Claude Gallotta

Assistante à la chorégraphie Mathilde Altaraz

Dramaturgie Claude-Henri Buffard

Musique Strigall

Costumes Marion Mercier assistée de Jacques Schiotto

Scénographie Jeanne Dard

Lumière Benjamin Croizy assisté de Dominique Zape

Avec Georgia Ives, Thierry Verger, Béatrice Warrand

 

Avec Comme un trio, Jean-Claude Gallotta renoue avec le pas de trois, dans la lignée de sa précédente pièce l'Étranger d'après Camus. D'une plage à l'autre, au soleil assassin de l'étranger, Bonjour Tristesse répond par un soleil amoureux des corps désirables et dorés dans le sable qui borde les villas tapageuses. Et comme l'écrivaine, le chorégraphe est allé à la pêche aux petits crabes qui sillonnent l'âme humaine, il y a vu de la cruauté, des accès de perversité, des doutes existentiels. L'eau de mer n'est pas l'eau de rose.

Françoise Sagan, trop vite étiquetée porte-drapeau d'une jeunesse aisée, individualiste et insouciante, était également une femme ouverte au monde, engagée, accompagnant les mouvements émancipateurs de la société française. C'est avec cette Sagan-là, apparemment paradoxale, légère et concernée, indifférente au monde et attentive à ses soubresauts, que Jean-Claude Gallotta veut voisiner sur la scène.

C.-H.B.

  

« Si ce texte me laisse de l'espace, si sa légèreté formelle me donne la permission de jouer chorégraphiquement entre ses phrases, je prends en même temps la mesure de sa profondeur trop souvent inexplorée ».
Jean-Claude Gallotta 

 

244_1_CUT_Guy_Delahaye.JPG
244_2_CUT_Guy_Delahaye_8692.JPG
244_3_CUT_Guy_Delahaye_8678.JPG
© Guy Delahaye


Au répertoire