z
271_1_Paron_GTG_photo_gregory-batardon_02.jpg
© Gregory Batardon
271_2_Paron_GTG_photo_gregory-batardon_06.jpg
© Gregory Batardon
271_3_Paron_GTG_photo_gregory-batardon_03.jpg
© Gregory Batardon


Ballet du Grand Théâtre de Genève

Paron


Chorégraphie Andonis Foniadakis

 

Assistant chorégraphe Pierre Magendie
Musique Philip Glass, Concerto pour violon n°1
Scénographie et lumières Sakis Birbilis
Costumes Anastasios-Tassos Sofroniou
Durée 30 min

 

Andonis Foniadakis puise l'inspiration dans la musique de Philip Glass avec cette création sur son premier concerto pour violon. Construisant sur la structure en trois mouvements de la pièce, il travaille également sur le groupe et l'individu. Dans sa pièce, l'énergie générée par le groupe s'étend et se resserre, tel un tourbillon qui tour à tour exclut et concentre, gravant l'émotion dans le mouvement.
 
« L'ensemble des danseurs sur scène forme une masse tantôt unie, tantôt concentrique ou centrifuge, et puis les forces travaillent sur le groupe et excluent l'un ou l'autre, détournent, explosent. Les trois mouvements fonctionnent comme trois études de forces dynamiques à l'intérieur du collectif. J'utilise la vitesse, les tourbillons, les élans d'intériorité de la musique pour explorer la normalité, la volupté, l'amour, la contradiction, toutes ces émotions qui à la fois forgent et déchirent le collectif. »
Andonis Foniadakis 
271_1_Paron_GTG_photo_gregory-batardon_02.jpg
© Gregory Batardon
271_2_Paron_GTG_photo_gregory-batardon_06.jpg
© Gregory Batardon
271_3_Paron_GTG_photo_gregory-batardon_03.jpg
© Gregory Batardon


Au répertoire

La presse en parle

 

« Le second (Andonis Foniadakis) compose avec Paron une ode saturnienne où des couples se forment un instant, comme pour surseoir une apocalypse. On admire ici la beauté du geste, une façon de limiter le cercle des étreintes pour favoriser toutes les combinaisons. » 
Le Temps, Alexandre Demidoff

 

« Paron est une œuvre chaude, où l'émotion est dans chaque geste, chaque force du groupe, chaque accélérations, chaque tourbillon. » 
Danse avec la plume, Amélie Bertrand

 

« Toujours fluide, la danse de Fondaniakis caresse le regard par ses ondulations qui épousent celles du Concerto pour violon n°1 de Glass. » 
Toutelaculture.com, Gilles Charlassier