z
252_1_9.MariadeBuenosAires,MatiasTripodi-BOnR©AgathePoupeney.jpg
© Agathe Poupeney
252_2_3.MariadeBuenosAires,MatiasTripodi-BOnR©AgathePoupeney.jpg
© Agathe Poupeney
252_3_4.MariadeBuenosAires,MatiasTripodi-BOnR©AgathePoupeney.jpg
© Agathe Poupeney


Ballet de l'Opéra national du Rhin

Maria de Buenos Aires


 

Chorégraphie Matias Tripodi

Livret d'Horacio Ferrer sur une musique d'Astor Piazzolla

Direction musicale Nicolas Agullo

Décors Matias Tripodi

Costumes Xavier Ronze 

Lumières Romain de Lagarde

 

Créé en 2019 - Durée 1h30

 

Composé en 1967 sur un livret d'Horacio Ferrer, Maria de Buenos Aires est l'unique opéra d'Astor Piazzolla. Cet opéra présente en seize tableaux l'histoire du tango à travers une légende urbaine du début du XXe siècle. L'histoire retrace le parcours d'une jeune femme nommée Maria, travaillant à l'usine dans les faubourgs de Buenos Aires. Allégorie du tango, Maria deviendra une chanteuse à succès dans les cabarets de la ville, jusqu'à son déclin et sa mort incarnée par le bandonéon, instrument quasi maudit, dans une maison-close. Enterrée à Buenos Aires vers 1910, elle voit la ville se dérober par-dessus sa tombe et erre dans les rues, telle une réincarnation du tango possédant diverses formes et danseurs. L'opéra tango se termine avec la réapparition de Maria, donnant naissance à un enfant, symbole de la renaissance du tango, et sa pérennité.

 

Le travail d'Astor Piazzolla a profondément touché Matias Tripodi :

« Depuis la fin des années 1980, le tango connaît une nouvelle impulsion et certains artistes commencent à le mêler à des langages venant d'autres disciplines artistiques. Une version chorégraphique de Maria de Buenos Aires vient donc s'inscrire pleinement dans ce mouvement. (...) Mettre le tango sur scène est un appel qui de temps en temps se fait sentir dans l'air, plein de risques et d'énigmes. Cette création avec le Ballet de l'OnR cherche une nouvelle réponse à ce défi. Pour se faire, je réaffirme l'idée de penser les mécanismes internes du tango, de laisser de côté ses clichés, de construire un corps esthétique complexe qui puisse trouver sa liberté sans nier ses influences artistiques et ses débordements possibles. »
Matias Tripodi

 

252_1_9.MariadeBuenosAires,MatiasTripodi-BOnR©AgathePoupeney.jpg
© Agathe Poupeney
252_2_3.MariadeBuenosAires,MatiasTripodi-BOnR©AgathePoupeney.jpg
© Agathe Poupeney
252_3_4.MariadeBuenosAires,MatiasTripodi-BOnR©AgathePoupeney.jpg
© Agathe Poupeney


Au répertoire